M. Laâraj met l’accent sur la nécessité d’introduire le droit de suite

vendredi, 27 septembre, 2019 à 16:32

Rabat – Le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj a mis l’accent, jeudi à Rabat, sur la nécessité d’introduire le droit de suite et de le mettre en oeuvre dans le but de consacrer la protection des droits des auteurs des œuvres d’art plastique.

S’exprimant à la cérémonie d’inauguration d’une exposition d’œuvres d’art plastique à la Salle Bahnini, à l’occasion la journée africaine du droit d’auteur, M. Laâraj a indiqué que son département a adopté cette année un plan d’urgence axé sur une approche méthodique pour une meilleure gestion du droit matériel et moral des artistes à travers notamment la consolidation, le développement et la mise à jour de l’arsenal juridique en vigueur.

La consécration par la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (CISAC) d’une journée africaine pour célébrer le droit d’auteur reflète une prise de conscience africaine de l’importance de la protection des droits d’auteur et renseigne sur l’adhésion des pays africains à la dynamique mondiale nouvelle visant à jeter les fondements du développement culturel de façon générale, a relevé le ministre.

Il s’est également félicité du rôle central que joue le secteur des arts plastiques dans la consécration de la proximité et de la diplomatie culturelles, et dans le développement de la richesse immatérielle qui constitue un pilier de la société marocaine moderne, sous la conduite sage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Pour sa part, le président du Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels (SNAPM), Mohamed Mansouri Idrissi, a salué l’adoption par le ministère de la Culture et de la Communication de la loi du droit de suite, ainsi que sa volonté et ses efforts pour que cette loi voit le jour.

Se félicitant aussi de l’adoption prochaine du projet de loi modifiant et complétant la loi 2.00 relative aux droits d’auteur et droits voisins, il a mis en avant le rôle du SNAPM dans l’élaboration des dispositions de cette loi.

De son côté, l’artiste peintre, Azzedine Hachimi Idrissi, a relevé que cette exposition intitulée “Empreintes de l’Afrique” s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée africaine du droit d’auteur, notant que l’organisation de cet événement se veut un hommage aux efforts “créateurs” des artistes et une consécration de la culture du respect de la propriété intellectuelle.

La propriété intellectuelle et les droits d’auteur revêtent désormais une grande importance nécessitant leur protection, a souligné M. Hachimi Idrissi, se félicitant de la prochaine adoption de la loi sur le droit de suite qui protégera le droit de l’auteur, propriétaire original de l’oeuvre, et lui permettra de récupérer un pourcentage du prix de vente de l’œuvre chaque fois le propriétaire change.

Cette exposition, qui dure trois jours, est organisée par le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA) en partenariat avec le SNAPM et sous la supervision du ministère de la Culture et de la Communication (département de la communication), et s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée africaine de l’auteur, décidée par la CISAC lors ce sa réunion de 2018.

Sont exposées à la Salle Bahnini des oeuvres de plusieurs artistes peintres dont Leila Cherkaoui, Azzedine Hachimi Idrissi, Mohammed Mansouri Idrissi, Mohamed Amine Benyoussef, Nabil Bahia, Abderrahman Banana, Mohamed Hafidi, Abdelilah Lahbabi, Benyounes Amriouch, Lahbib M’seffer et Abderrahmane Rahoul.