Projets culturels en cours

projets culturels en cours

Vision Patrimoine 2020

vision2020

Etablissements sous tutelle

bnrm logo fr archive logo fr theatre logo

Statistiques culturelles

revue statistique2012 2015 1

Instituts de formation

inba logo fr isadac logo fr insap logo fr

S.I.E.L 2016

siel231

Guides

biblio guide festiv guide fr salles guide

Courrier Electronique

mail15

Médina de Fès

 

La médina

fesvueLa médina de Fés a été érigée sur un terrain où abondent les eaux de plusieurs sources et des branches d’une rivière régulière (oued Fés), dans une situation de carrefour entre différentes destinations nord-sud et est-ouest. Cette position stratégique permet au site de contrôler le débouché du couloir de Taza, passage obligé entre les plaines atlantiques à l'ouest et le reste du Maghreb, voire l'Orient à l'est.

Le premier noyau de la ville connue sous le nom de Fès al Bali, fut fondé par Idris 1er, en 172H/ 789 J-C sur la rive droite de l'oued Fès à l'emplacement du quartier dit des Andalous. Cette appellation provient du premier peuplement de la ville qui, en plus des autochtones, reçoit des familles de réfugiés andalous après la célèbre émeute du faubourg de Cordoue survenue en 817-18.

En 908-9, le fils d’Idris I fonde une nouvelle ville sur la rive gauche de l'oued Fès, exactement en face du quartier des andalous, à l'emplacement du quartier des Kairouanais. Cette appellation provient, pour sa part, de la venue de familles originaires de cette ville située en lfriqya (Tunisie actuelle). La ville fut entourée d'une enceinte percée de six portes et dotée d'une mosquée. Dans la ville d'en face, Idriss Il fit également construire une enceinte, une mosquée, un palais et un marché.

En 857, une femme dénommée Fatima al Fihriya fit construire dans le quartier de la rive gauche la mosquée Karaouyine devenue le plus grand sanctuaire de la ville. Elle sera agrandie par l'almoravide Youssef ben Tachefin (1060-1106) qui prend la ville en 1069, de même qu'il unifie la cité à l'origine divisée en deux quartiers, détruit les murailles qui la séparaient en deux et suscite un renouveau de la vie économique en construisant foundouqs (hôtelleries), bains et moulins.

En 1143, au terme d'un siège de neuf mois, Fès est occupée par les Almohades (1130-1269). Derrière ses murailles, la ville s'organise: comme Marrakech, elle possède ses lieux de culte, de commerce, son système d'approvisionnement en eau, ses corporations, son aristocratie, etc.

Avec les Mérinides qui la conquièrent au milieu du Xlllème siècle, Fès devient capitale du Maroc et connait son âge d'or. Leur premier grand souverain, Abou Youssef Yacoub (1258-1286) fonde Fès Jdid (la Neuve) en 1276, immédiatement à l'ouest de la ville, la fortifie d'une enceinte puissante, la dote d'une grande mosquée, de quartiers résidentiels, de palais (disparus), de jardins. Au XlVème siècle, un quartier juif, le premier Mellah du Maroc, vint s'adjoindre à la nouvelle fondation. Mais les Mérinides s'annoncent surtout comme bâtisseurs de medersas, ces collèges caractéristiques différents de taille et de décor, rivalisant de beauté et de symétrie, organisés autour d'un patio à portique plus ou moins vaste dont le centre est occupé par une vasque ou un bassin.

La mosquée Karaouiyine

Fondée en 857 J.-C par Fatima el Fihriya et agrandie sous les emirs zenetes en956J.-C (minaret actuel). Son plan actuel remonte en très grand partie à l’époque almoravie (XIIème s). De cette époque datent aussi les coupoles de plâtre de la nef axiale et la chaire à prorcher. Quelques annexes (bibliothèque, chambres de réclusion (khatoua), salles d’ablutions..) furent annexées à la bâtisse sous le règne des Almohades. Mérinides Saâdoens et Alaouites..

fesquaraouiyne

La mosquée des Andalous

Elle fût élevée en 859-860 par Mariyam, sœur de Fatima el Fohriya. Ses limites actuelles remontent au temps d’al Nasir l’Almohade. Les Mérinides la dotèrent d’une fontaine dans la cour et d’une bibliothèque. Sous les Alaouites Moulay Ismaïl procèda à sa rénovation.

Les remparts de Fés El Bali

Ceux existant encore de nos jours furent élevés par l’Almohade el Nasir (1199-1213). Néanmoins, les portes urbaines qui les percent préservent dans leur majorité des appeillations qui remontent à l’époque Idrisside et Zénéte (les bab el-Foutouh el-Gisa, El-Hamra, el-Jadid).

La grande mosquée de Fés el-Jedid (el-Jalie el-Kabir)

Construite à la même date que les palais et les remparts de la ville neuve (en 1256), sous Abous Youssef Yaacoub. Elle fut restaurée, en 1395J.-C, par Abou Faris le Mérinide. Sa bibliothèque, due au sultant alaouite Moulay Rachid, date de 1668.

La madrasa Bou Inania

Fondée en 1350 à 1355J.-C par le sultan mérinide Abou Inan est la plus célèbre de toutes les madrasa mérinides de Fés et du Maroc. Auprés de son rôle de collège d’enseignement et d’hébergement d’étudiants, elle devait remplir la fonction de mosquée de vendredi. Elle aussi pourvue d’un minaret de belle proportion et d’une horloge hydraulique (magana) dont le système de fonctionnement nous est encore méconu.

fesbouananiya

Le Borj Nord

Fort saadien élevé vers 1582 au Nord de Fés el-bali. Son plan s’inspire de l’architecture des forteresses portugaises du XVIème s. Ce monument abrite de nos jours, le musée des armes.

Le fondouk et la fontaine Nejjarine (des menuisiers)

Edifices du XVIIIème s. donnant sur la place du même nom. Leur architecture (témoigne des nouvelles tendances qui ont marqué l’art de bâtir et la décoration monumentale à Fés au début de l’époque alaouite. En 1997 on y aaménagé un des boiseries traditionnelles.

fesfoundouknajjarin

Dar el-Batha

Palais estival d’audience royale élevé par Moulay Hassan 1er et achevé en 1897 sous Moulay Abdelaziz. Ce bâtiment, réhabilité en musée d’art et de traditions depuis 1915, fait partie des demeures du type riyad (maison à jardin) qui a connu une grande floraison à Fés à la fin du XIXème s. et le début du XXème s.

Copyright © 2018 Ministère de la Culture - Tous droits réservés